Réflexions sur Bach

25 mars 2021

L’année 2020 a vu la célébration des 270 ans de la mort de Jean-Sébastien Bach. Rarement compositeur fut autant admiré et ne laissa une trace aussi profonde dans la sensibilité musicale de nos contemporains.

Les annales de l’époque passèrent pourtant sa mort sous silence, aucune cérémonie officielle ne  marqua ses funérailles, et Maria Magdalena, sa veuve, lui survécut dans la pauvreté.

Bach fut l’héritier d’une dynastie de musiciens qui remontait à son arrière arrière-grand-père et qui comportait nombre d’organistes, de clavecinistes, de violonistes…Bach disait lui-même qu’il aurait pu former un orchestre avec sa famille.

« S’il y a quelqu’un qui doit tout à Bach, c’est bien Dieu ». La phrase iconoclaste du philosophe Emil Cioran est restée célèbre. Nietzsche disait pour sa part de Bach « qu’ on l’écoutera avec l’état d’esprit d’un homme qui eût été présent au moment où Dieu créa le monde »

Musique et religion se confondaient dans la vie de Bach. L’histoire retient ainsi que les 80 livres de sa bibliothèque étaient tous des ouvrages théologiques. Pourtant, Bach sut à l’évidence pratiquer l’improvisation, s’inspirer de la musique italienne, exceller dans des genres profanes. Mais « la glorification de Dieu et la recréation de l’âme » étaient à ses yeux la seule fin de la musique. Et la passion pour son art était extrême et sans limite. De nombreux témoignages relatent qu’il ne pouvait s’endormir si une dissonance était restée irrésolue dans la musique qu’il avait entendu dans la soirée jouée par l’un de ses fils.

Sa musique fut à la fin de sa vie jugée démodée et trop austère. Cependant, il continua à travailler à son Art de la fugue avec obstination, conscient de ce qu’il devait à son art, soucieux de laisser à la postérité une œuvre proche de la perfection.

Par sa beauté et sa richesse, la musique de Bach se prête admirablement à la transcription. Si lui-même a réalisé de nombreuses transcriptions de ses contemporains, une pléiade d’artistes, compositeurs ou instrumentistes, ont transcrit à leur tour ses partitions, parmi lesquels Liszt, Brahms, Busoni, Siloti, Kempff, Cortot. Transcriptions du vocal à l’instrumental, d’un instrument à un autre, d’une partition d’orchestre à une partition instrumentale, la musique de Bach a suscité un foisonnement de productions et continue d’inspirer la jeune génération.

Trois transcriptions pour piano sont proposées :

  • La cantate BWV 106 « Actus tragicus »  jouée par Marta et Gyorgy Kurtag ICI
  • Le largo du concerto BWV 1056 en fa mineur pour clavecin et cordes, jouée par le pianiste italien Alessio Bax ICI
  • La transcription par Bach du concerto de Vivaldi pour violon, hautbois et basse continue BWV 973, jouée par la pianiste Racha Arodaky ICI

CLAIRE

Jeudi - Sem. 39 2 9 Sep. Michel DPremier croissant

J’aime, J’aide !

Aidez Granny Geek en lui permettant de vous offrir des contenus libres. Faites un don en cliquant sur le logo ci-dessous

j'aime j'aide

Rencontres Geek

06/10/2022
  • Comité ESS

13/10/2022
  • Parenthèse Numereek

    Réalisez des videos et diaporama sur mesure pour présenter vos activités sportives ou associatives, évènements familiaux et films de vacances. Inscription obligatoire ICI

Catégories

Abonnez-vous au Petit bol d'air

Nous contacter

L’agenda Geek

Aller au contenu principal